A propos des choix funestes de Philippe Pétain

Extrait des Bus de la honte 

Une histoire si française

 « La Maréchale Pétain née Eugénie Hardon  » enterrée à côté du carré juif au cimetière du Montparnasse. 

fouilleThérèse s’était toujours moquée des rituels juifs, mais elle tenait absolument à être enterrée dans un caveau familial au cimetière du Montparnasse. (…)

Le temps presse. Les obsèques sont  fixées pour le 5 janvier 2011 en pleine trêve des confiseurs.

Brouillard et froid sont au rendez-vous pour accompagner Thérèse vers sa dernière demeure. Comme nombre de Parisiens sont en vacances, il n’y a pratiquement personne pour l’enterrement de  cette femme si mondaine (…)

C’est un enterrement à la sauvette ; je n’en crois pas mes yeux. Les tombes du carré juif datant du XIXème siècle, en pleine période d’émancipation, semblent pour la plupart en déshérence.

Sur les plaques du caveau Levy sont gravés des phrases en hébreu et les noms des morts en français ; le premier est Maurice Levy,  né à Marmoutier en Alsace et mort en 1896 à Paris, suivi de son fils, Edmond Levy décédé en 1906 à l’âge de 15 ans. Puis vient son épouse, Mathilde Levy née Lehman à Sarreguemines. On lit qu’elle a succombé le 15 janvier 1945 à Forcalquier, et l’on comprend qu’elle n’a donc pas revu Paris après son exil forcé de quatre années. Elle n’a donc pas su que son deuxième fils Albert était mort en déportation.  Se trouve une plaque pour ce dernier : « à la mémoire d’Albert Levy, né à Paris le 24 octobre 1894, décédé à Auschwitz en 1943 ». En dessous, on lit le nom de la grand-mère de Malka, Renée Levy, épouse Weil, décédée en 1950. Et plus rien durant 60 ans. Le temps s’est arrêté et nous voilà étrangement réunis pour cet enterrement en catimini.

Nous nous éloignons (…)  à travers cet improbable dédale. (…) Quand tout à coup, l’œil particulièrement acéré, je remarque une grande pierre tombale en lisière des tombes juives de la 30e division où je crois discerner des francisques. Je m’approche et lis : « La Maréchale Pétain née Eugénie Hardon ». La tombe est bien entretenue et a été fraîchement fleurie. Moi qui suis passionné par l’histoire de Paris, voilà un détail que je n’avais jamais lu dans un guide touristique. Le tout Paris israélite est gardé par Annie Pétain, qui a été enterrée sous la très honorable dénomination « La Maréchale ».

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s